Le Projet de

Recherche Historique

de la Tribu Omaha

Cultural Research and Educational Agency
for the Omaha Tribe of Nebraska and  Iowa
 

Walthill and Rosalie, Nebraska

 



 


                                                                                                                       Photo courtesy of Private Collection

An Omaha Baby
 

 

 

Le Projet de

Recherche Historique de la Tribu Omaha

Une vision de la réalité

 


Le Projet de Recherche Historique de la Tribu Omaha a débuté officieusement en 1974 grâce à un groupe d'activistes locaux et est devenu, au cours du dernier quart de siècle, l’un des groupes les plus efficaces et les plus influents aux États-Unis.

Reconnu en 1991 en tant qu’organisation caritative à but non lucratif, l’OTHRP a su s'ériger au premier rang de la construction d’une « coalition inter-culturelle pour l'éducation publique et pour un changement positif des relations sociales » entre les communautés amérindiennes et non-amérindiennes du Nebraska et d’ailleurs. Le groupe a facilité d’importantes recherches originales dans un large éventail d’études connexes, comme par exemple l’enregistrement de photographies d’archives et d’autres documents, ainsi que l'organisation d’expositions de grande importance, tenues notamment à l’Université d’Harvard ou encore à l’Université du Nebraska à Lincoln.

L’un des premiers projets de l’OTHRP s'est tenu au début des années 1980, en collaboration avec le Centre de Folklore Américain de la Bibliothèque du Congrès. Le groupe permit la restauration d'anciens enregistrements de musique traditionnelle omaha sur bobines de cire grâce à leur authentification, et réintégra ces chants auprès de la communauté locale et au reste du monde. Aujourd’hui, la documentation relative à ce projet est disponible sur le site Internet de la Bibliothèque du Congrès : http://memory.loc.gov/
ammem/omhhtml/omhhome.html

L’OTHRP a travaillé à la fois avec l’Assemblée législative monocamérale du Nebraska et le Congrès des États-Unis pour faire passer une loi décisive dans le domaine des problèmes de rapatriement, comprenant (y compris la précédente) à la fois la Loi 612 (« Omaha ») qui échoua une première fois puis fut adoptée ensuite comme Loi 340 (« Pawnee ») en 1989, et le NAGPRA (Native American Grave Protection and Repatriation Act: « l’Acte de Rapatriement et de Protection des Tombeaux Indiens ») de 1990. A partir de la fin des années 1970, l’OTHRP négocia avec succès le retour d’objets sacrés, dont le Mât Sacré, la Peau de Bisonne Blanche et d’autres objets culturels détenus par des institutions telles que l’Université d’Harvard, le Musée des Indiens d'Amérique (en particulier la Collection George Heye ), et la Société d’Histoire de l’État du Nebraska, entre autres.

L’OTHRP fut le premier à instaurer une collaboration systématique et à permettre d'ériger le centre commémoratif Susan La Flesche à Walthill en tant que site historique de l’État du Nebraska, puis à faire en sorte qu'il soit répertorié dans le registre national des sites historiques. Picotte était Omaha et elle fut le premier membre d'une tribu amérindienne à recevoir un diplôme de médecine (tous genres confondus).

L’OTHRP a conçu à la fois des programmes éducatifs imprimés, radiodiffusés et télévisés pour des projets individuels, en collaboration avec le Conseil des Arts, Lettres et Sciences Humaines du Nebraska et l’Université du Nebraska, entre autres. Au cours des années, l’OTHRP a fourni de la documentation qui a servi à la publication d’au moins dix livres, à la production de quatre films et documentaires télévisés, et à la réalisation de trois sites Internet.

L’organisation a reçu de nombreuses récompenses, notamment la mention honorable du Prix Victor Turner en 1998 pour l’ouvrage « Blessing For a Long Time : The Sacred Pole of the Omaha Tribe », de Robin Ridington et Dennis Hastings ; plusieurs récompenses pour les films « Dancing to Give Thanks » et « The Return of the Sacred Pole » (1991), tous deux projetés au Festival du Film de Sundance ; un prix décerné en 1993 par le Conseil Artistique du Nebraska pour « West Meets West », un concert au cours duquel se sont associés l’Orchestre Symphonique d’Omaha et un groupe de chanteurs traditionnels omahas. L’OTHRP a été éminemment référencé dans plusieurs livres, a collaboré à l’écriture d’une douzaine d’articles universitaires, et a été consulté pour un grand nombre de reportages écrits, radiophoniques ou télévisuels dans tous les États-Unis et internationalement.

Le projet le plus ambitieux de l’OTHRP est la construction et la mise en opération de Tae’ah’thee (la « Nouvelle Lune en Mouvement »). A la fois exposition à l'échelle mondiale et infrastructure éducative et d'archivage, ce projet est situé sur les terres ancestrales de la réserve omaha, révélant une approche activiste et écologique qui raconte l’Histoire des Omahas en termes de réalité et de survie culturelle. La conception architecturale de ce projet, réalisée par Vincent Snyder, s’est déjà vu décerner trois grandes récompenses:
 

Le Prix 2002 de la Conception, décerné par l’Association des Écoles Collégiales d’Architecture

Le Prix 2002 de la Conception, décerné par la Société d’Architecture de Boston

Le Prix de la 50e année d’Architecture Progressive, décerné par le Magazine d’Architecture en 2003.


L’organisation a existé principalement grâce à l’engagement et au dévouement de son fondateur et directeur, Dennis Hastings, doctorant. Le Conseil d’Administration de l’OTHRP comprend actuellement plusieurs anciens Omahas reconnus aussi bien que des non-Indiens, y compris l’actuel président du conseil tribal, un ex-président du conseil tribal, l’ancien directeur d’une organisation d’archivage nationale, un folkloriste de la Bibliothèque du Congrès à la retraite, le directeur d’un musée, un professeur de législation des Nations Unies et boursier Fullbright, un professeur émérite d’anthropologie d’une université canadienne.

Le dernier projet de l’OTHRP sur la réserve, « la femme par la fenêtre », est une peinture murale inspirée d’une photographie historique d’une femme omaha, prise dans les années 1920. Située le long de l’autoroute 75, à sept kilomètres au nord de Macy —Nebraska—, cette peinture murale en couleur rend honneur au rôle à la fois historique et contemporain des femmes dans la tribu. Ce projet a été financé grâce à une subvention du Conseil Artistique du Nebraska.

 

 

 


                                                                                            photograph by Arlen Lazaroff

Buffalo Skull

 

 

 

Pour contacter directement l’OTHRP:

RR 1 Box 79A
Walthill, NE 68067
(001) 402-846-5454

Un musée pour la tribu, construit par elle afin d'accueillir les objets et les artefacts sacrés qui lui ont été pris il y a plus d’un siècle. Aidez-nous à réparer une injustice de l’Histoire en prenant part au retour d’une culture, faites une donation avec ou sans achat.

Si vous avez apprécié notre site ou s’il vous a permis d’utiliser des informations dans le cadre de votre recherche universitaire ou professionnelle, vous pouvez nous en témoigner reconnaissance en faisant un don à notre projet de musée. La solidarité entre les peuples contribue à bâtir un monde meilleur.

Ce site est le fruit du travail d’une équipe de bénévoles de différentes cultures. Nous le mettons à jour régulièrement afin qu’il soit le plus utile possible. Il s’agrandit continuellement du fait que nous y ajoutons de nouvelles informations et de nouveaux objets d’arts. C’est un service gratuit, offert volontairement par des gens qui croient au fait de promouvoir des artisans et qui veulent aider les Omahas à construire leur musée, afin d’abriter leurs artefacts et leurs objets sacrés qui leur ont finalement été rendus en 1991. Nous vous invitons à vous joindre à nous en faisant connaître autour de vous l’existence de ce site et en faisant un don au musée. Chaque petit geste a son importance.

Toutes les donations sont déductibles d'impôts.

Elles peuvent être faites en ligne ci-dessous au
Trading Post


PREVIOUS            OTHRP HOME            NEXT

JACKALOPE ARTS HOME